Published Sunday , on 21 August 2022, 11:41:54 by NONAHA

Le Roi Mohammed VI du Maroc a donné, ce samedi 20 août 2022 soir, un discours à l’occasion du 69ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, dans lequel le Souverain a relevé, chiffres à l’appui, les grandes percées du Maroc quant au dossier du Sahara et montré son estime envers les Marocains du monde pour qui il a demandé davantage de suivi et d’attention.

A cette occasion, le Monarque a évoqué les relations du Royaume avec des pays alliés au sujet de la question du Sahara, indiquant que « de nombreux pays équilibrés ont exprimé leur soutien et leur appréciation positive à l’initiative d’autonomie, dans le respect de la pleine souveraineté du Maroc sur son territoire, comme le seul cadre de résolution de ce conflit régional », retient-on du discours royal.

Sa Majesté a souligné que la position de Washington, alors propulsée par la reconnaissance sous Donald Trump de la souveraineté du Maroc sur le Sahara, « a constitué une véritable incitation qui n’a pas changé en fonction du changement d’administration ». Le Maroc apprécie également la position claire et responsable de « l’Espagne voisine, qui connaît bien l’origine et la réalité de ce différend. « Cette attitude positive a établi une nouvelle phase du partenariat marocco-espagnol qui n’est pas affectée par les conditions régionales, ni par les développements politiques internes », relève-t-il dans son discours.

Le Roi a cité, par ailleurs, l’attitude constructive de pays européens : l’Allemagne, les Pays-Bas, le Portugal, la Serbie, la Hongrie, Chypre et la Roumanie, dont les positions devraient contribuer « à ouvrir une nouvelle page dans les relations de confiance et à renforcer les partenariats ».

« Parallèlement à ce soutien, une trentaine de pays ont ouvert des consulats dans les Provinces du Sud, marquant ainsi leur appui clair et net à l’intégrité territoriale du Royaume et à la Marocanité du Sahara », rappelle-t-il.

« Nous saisissons cette occasion pour réitérer l’expression de Notre considération à nos frères les Rois, Emirs et Présidents des pays arabes frères, notamment la Jordanie, le Bahreïn, les Emirats Arabes Unis, Djibouti et les Comores, qui ont ouvert des consulats à Laâyoune et à Dakhla », fait savoir le monarque tout en remerciant cependant les pays du Conseil de Coopération du Golfe, l’Égypte et le Yémen.

Le Roi a cité, en outre, le chiffre de 40 % des États africains qui ont ouvert des consulats à Laâyoune et Dakhla. « Cette dynamique concerne aussi les pays d’Amérique latine et des Caraïbes dont un grand nombre ont ouvert des consulats dans le Sahara marocain, alors que d’autres ont décidé d’étendre leur domaine de compétence consulaire aux Provinces Sud du Royaume », souligne-t-il.

« Le dossier du Sahara est le prisme à travers lequel le Maroc considère son environnement international », indique le Roi, pour ajouter que « s’agissant de certains pays comptant parmi nos partenaires, traditionnels ou nouveaux, dont les positions sur l’affaire du Sahara sont ambiguës, Nous attendons qu’ils clarifient et revoient le fond de leur positionnement, d’une manière qui ne prête à aucune équivoque ».

Dans le même sillage, Sa Majesté Le Roi n’a pas manqué de rappeler la situation des Marocains résidents à l’étranger (MRE). « Je saisis cette occasion pour saluer et assurer de Mon estime les membres de la communauté marocaine résidant à l’étranger qui défendent avec abnégation l’intégrité territoriale de leur pays, en faisant résonner la cause nationale à toutes les tribunes qui leur sont accessibles et à la faveur des positions qu’ils occupent », affirme-t-il.

« Ceci dit, nous devons nous poser en permanence les questions suivantes : qu’avons-nous fait pour renforcer le sentiment patriotique de nos immigrés ? Le cadre législatif en place et les politiques publiques tiennent-ils compte de leurs spécificités ? Les procédures administratives sont-elles adaptées à leurs attentes du moment ? Leur avons-nous assuré l’encadrement religieux et éducatif nécessaire ? », s’interroge le Souverain dans son discours.

« S’agissant de l’implication de la communauté des MRE dans le processus de développement - un dessein auquel Nous accordons un intérêt particulier-, force est de constater que le Maroc a besoin de tous ses enfants et de toutes les compétences établies à l’étranger », regrette-t-il.

« Le temps est donc venu de doter cette communauté de l’encadrement nécessaire ainsi que des moyens et des conditions pour qu’elle donne le meilleur d’elle-même, dans l’intérêt bien compris de son pays et de son développement », insiste Mohammed VI.

« Nous soulignons la nécessité d’établir une relation structurelle suivie avec les compétences marocaines à l’étranger, y compris avec les Marocains juifs », rappelle-t-il.

Parlant de l’investissement, le discours précise « qu’il appartient aux établissements publics, au secteur national de la finance et des affaires de s’ouvrir davantage sur les investisseurs parmi les membres de la communauté », peut-on retenir du discours adressé ce 20 août, s’axant particulièrement sur la question du Sahara et du rôle des MRE, portant la cause nationale, dans leur apport au Maroc.