" /> " /> ">
Published Friday , on 24 September 2021, 12:29:28 by NONAHA

Dans le cadre de la 48ème session du Conseil des Droits de l’Homme (CDH), une conférence interactive, a été organisée, le 22 septembre 2021, avec le Groupe de travail sur les mercenaires, lors de laquelle l’ONG "Forum Africain pour la Recherche et les Etudes sur les Droits de l’Homme" (AFORES), a confirmé la connexion entre le polisario et les groupes armés et djihadistes dans la région sahélo-saharienne.

AFORES a noté que « l’envoi de mercenaires par le polisario et les services algériens a été une nouvelle fois illustré avec la neutralisation par l’armée française au Mali du terroriste connu sous le nom de Adnane Abou al Walid, qui a été formé aux côtés de plusieurs autres jeunes aux camps de Tindouf par les sécuritaires algériens avant de les envoyer au Nord du Mali pour servir leurs plans macabres dans cette région déjà instable.

En marge de ladite session du Conseil des Droits de l’Homme (CDH), la "Commission Indépendante des Droits de l’Homme" et "Africa Culture International" ont organisé, le 22 septembre 2021 à Genève, un évènement parallèle sur les "Violation des Droits de l’Homme dans les Camps de Tindouf : développements et témoignages", avec la participation des acteurs internationaux des Droits de l’homme et des représentants de la société civile.

Les intervenants ont présenté les différentes formes de violations commises par le polisario soutenu par l’Etat algérien, telles que la disparition forcées, exécutions extrajudiciaires, détournement de l’aide humanitaire et toutes formes de violations graves.

A noter qu’au cours de différentes activités organisées dans le cadre de cette session du CDH, plusieurs organisations ont attiré l’attention sur les multiples et graves violations commises par les milices armées du polisario, en connivence avec les services de sécurité algériens, à l’encontre des populations des camps de Tindouf.