Published Thursday , on 25 July 2019, 09:17:30 by Christophe Hitayezu

Kigali, 24 Juillet (ARI) - Le Royaume du Maroc célèbre, le 30 Juillet prochain, le 20ème Anniversaire de l’accession de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au Trône, un moment de commémoration d’une histoire commune, empli d’une forte charge patriotique qui reflète la symbiose parfaite entre le Trône et le peuple dans leur marche vers l’avenir.

L’événement est aussi l’occasion de se rappeler les réalisations pionnières que connaît le Maroc sous le règne de S.M le Roi Mohammed VI, ainsi que les différentes initiatives entreprises par le Souverain pour consolider davantage les relations historiques, culturelles et de coopération qui existent entre le Royaume du Maroc et les pays africains.

Depuis l’accession de S.M le Roi Mohammed VI au Trône en 1999, le Maroc a connu de grandes transformations visibles et qualitatives dans plusieurs domaines, à la faveur d'un processus remarquable de modernisme et d’ouverture.

Sa Majesté le Roi a mis en place, à cet égard, une stratégie novatrice de coopération avec le reste du continent africain, matérialisée par la signature de plus de 1.500 conventions et accords au cours de 50 Visites Royales dans plus de 30 pays, durant les 20 dernières années.

Ces actions se sont traduites par des investissements marocains en Afrique à hauteur de 3 milliards de dollars US, durant la période 2008-2017, soit 80 % des investissements marocains à l’étranger. Le Maroc est ainsi devenu le second investisseur africain sur le continent et le 1er investisseur africain en Afrique de l’Ouest.

La coopération du Maroc avec les autres pays africains est une coopération intégrée et multidimensionnelle, qui combine à la fois les volets économique, social, cultuel et culturel. Dans ce cadre, le Maroc s’est engagé à relever de nombreux défis continentaux, allant de la gestion des flux migratoires à la lutte contre l’extrémisme et le terrorisme, en passant par le renforcement de la sécurité alimentaire et énergétique, la préservation de l’environnement, le maintien de la paix, la qualification du capital humain, l’amélioration de la compétitivité économique et l’accélération du développement social.

La gestion des flux migratoires

Pays de transit et d’immigration, le Maroc, sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Leader de l’Union Africaine (UA) sur la question de la Migration, n’a eu de cesse de plaider en faveur du développement d’une vision africaine commune sur la migration pour en faire un levier du co-développement, un pilier de la coopération Sud-Sud et un vecteur de solidarité.

Sa Majesté le Roi Mohammed VI avait proposé, lors du 30ème Sommet de l’Union Africaine, dans le cadre de l’Agenda africain pour la migration, la création d’un Observatoire Africain de la Migration au Maroc, dont le travail sera basé sur le triptyque comprendre, anticiper et agir. Cet observatoire, dont l’accord de siège a été signé le 10 décembre 2018 à Marrakech, entre le Gouvernement marocain et l’Union Africaine, a pour mission de collecter les informations et de développer l’échange d’informations, ainsi que la coordination entre les pays africains, afin de favoriser une gestion maîtrisée des flux migratoires.

Le Maroc, qui s’est doté d’une politique nationale d’immigration et d’asile, fondée sur une approche humaniste, conforme aux engagements internationaux du Maroc, est également très engagé dans tous les processus de consultation régionaux et internationaux sur la migration (Dialogue de Haut niveau sur la Migration et le développement, Processus de la Valette, Processus de Rabat, Dialogue 5+5, Forum mondial sur la migration et le Développement et le Pacte mondial sur la Migration).

Environ 50.756 ressortissants étrangers issus de 113 nationalités ont bénéficié de l’exceptionnelle opération de régularisation des migrants, qui s’est accompagnée de l’octroi de cartes de séjour à environ 85% des demandeurs.

Sécurité alimentaire et lutte conte le changement climatique

Pour ce qui est de la sécurité alimentaire et de la lutte contre le changement climatique, le Maroc avait promu, lors de la COP22, tenue en novembre 2016 à Marrakech, l’Initiative pour l’Adaptation de l’Agriculture Africaine au changement climatique, dite Initiative Triple, qui constitue une réponse innovante et extrêmement concrète aux défis communs posés par les changements climatiques. Cette initiative, qui a été saluée par nombre de pays du Continent, vise à lever un financement plus important au profit de l’adaptation de la petite agriculture africaine et à accompagner la structuration et l’accélération des projets agricoles. A cette initiative s’ajoute la mise en place en Ethiopie, au Rwanda et au Nigeria d’unités de production de fertilisants, destinées à améliorer la productivité agricole et à favoriser la sécurité alimentaire et le développement rural et dont les bénéfices s’étendront à l’ensemble du continent.

En dehors de ces initiatives, le Maroc partage, également, avec ses partenaires africains, son expérience et son expertise en matière de lutte contre le changement climatique, à travers sa participation effective dans le processus de l’opérationnalisation de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, qui s’est couronnée par la tenue, à Brazzaville le 29 avril 2018, du 1er Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, auquel Sa Majesté le Roi Mohammed IV a pris part et qui s’est inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des engagements pris lors du Sommet Africain de l’Action tenu à Marrakech en marge de la COOP22.

Dialogue religieux et la lutte contre le terrorisme

Le modèle marocain en matière de lutte contre le terrorisme est devenu une référence aux niveaux régional et international, eu égard à son efficacité à relever les défis, suivant des approches proactives et réalistes.

Cette expérience a permis au Maroc de jouer un rôle-clé dans le domaine de la lutte contre le terrorisme. A cet égard, le Maroc a été sollicité par plusieurs pays d’Europe et d’Afrique pour bénéficier de l’expérience et de l’expertise acquise par le Royaume dans le domaine de la gestion du champ religieux. Un grand nombre d’étudiants africains ont, ainsi, pu poursuivre leur formation à l’Institut Mohammed VI de formation des Imams prédicateurs et prédicatrices, inauguré en mars 2015, et qui assure lesdites formations.

Le Maroc adopte, dans sa politique envers le continent africain, une vision multidimensionnelle et intégrée dont l’objectif principal n’est autre que l’édification d’un avenir solidaire et sûr par « les Africains et pour les Africains ».

Maintien de la paix

Dans le domaine du maintien de la paix, le Maroc est le 14 ème pourvoyeur mondial de Casques bleus avec 1.605 soldats mis à la disposition de l’ONU. Dès 1960, les premiers Casques bleus marocains ont été envoyés au Congo-Kinshasa. Les soldats marocains de la paix ont également participé à de multiples opérations de l’ONU, allant du Kosovo à la République Centrafricaine, en passant par la Bosnie-Herzégovine et bien d’autres zones de conflit.

Au niveau de l’Afrique, le Maroc, dès son élection en avril 2018, pour un mandat de deux ans au sein du Conseil Paix et Sécurité (CPS) de l’UA (2018-2020), ne ménage aucun effort pour contribuer d’une manière effective et directe aux activités de ce mécanisme important, mettant à la disposition des pays frères et amis une importante expertise accumulée, depuis les années 60, à travers ses contributions à plusieurs opérations de maintien de la paix et de la sécurité en Afrique et ailleurs.