Published Friday , on 28 February 2020, 10:54:24 by Christophe Hitayezu

La contestation des Sahraouis de Tindouf se poursuit. Elle vient de gâcher une cérémonie présidée, le 27 février 2020, dans le «camp de Smara», par le chef du polisario, Brahim Ghali.

Devant les invités de Brahim Ghali, des dizaines de manifestants ont réclamé justice, dénonçant particulièrement la fuite des prisons du polisario de détenus condamnés à la peine capitale dans des affaires de meurtres grâce à la complicité de leurs puissants relais au sein de la direction du Front.

Cette colère de près de 200 manifestants, dont une majorité appartient à la tribu des Oulad Tidranine réclament l’ouverture d’une enquête indépendante sur certains hauts cadres de la direction du polisario qui auraient facilité, selon eux, l’évasion de deux détenus qui sont les auteurs de meurtre.

Déjà, mardi 25 février 2020, des étrangers venus participer à un marathon organisé à cette occasion par le Polisario ont rallié un sit-in observé par les familles et les proches des victimes assassinées par les détenus ayant fuit leurs cellules alors qu’il est difficile de s’échapper des prisons du Polisario.

Face à la répression menée par les milices armées, qui ont procédé à des arrestations, les manifestants se sont défendues en lançant des pierres contre elles.